Chapitre I - Bonjour docteur


« Alors, comment te sens-tu depuis notre dernière rencontre ? » demanda Elise.
C'était une femme d'une cinquantaine d'année, des cheveux blonds presque blancs encadraient son visage ridé par les années passées. Ses petits yeux étaient renfoncés dans sa tête, n'apparaissant que comme deux petites billes noires qui vous épiaient. On ne pouvait pas la décrire comme étant belle, elle ne faisait pas attention à elle, et ça se voyait dans son apparence. Son corps était gras et détendu, des bourrelets étaient moulés sous son chemisier trop serré pour elle. C'était une psychologue très réputée dans la profession, elle avait aidé bon nombre de cas qui étaient considérés comme perdus d'après ses collègues. Elle avait réussi avec brio ses études et ses examens, avant d'être admise dans un hôpital où elle travaillait en tant que psychologue. Mais bien vite, elle s'était lassée de cet endroit et avait décidé d'ouvrir son propre cabinet, et c'était exactement là où elle se trouvait. Assise dans un fauteuil en cuir, les jambes croisées, un carnet posé dessus, prenant des notes sur l'état du jeune homme installé en face d'elle. Un microphone était posé sur la table basse, enregistrant la conversation.
« Bien et vous ? répondit son patient.
-Bien aussi. Alors qu'as-tu à me raconter cette semaine ? »
Le jeune homme gesticulait sur son fauteuil en cuir, visiblement excité par ce qu'il avait à dire. Elise prit le temps de l'examiner, elle le faisait à chaque séance avec lui, pour voir les changements qu'il subissait. Ca faisait maintenant un an qu'ils se voyaient toutes les semaines pour parler de l'état du garçon. Il était de taille moyenne, plutôt fin, une légère couche de muscle sur ses bras. Ses bras reposaient sur ses jambes, il était assis, légèrement penché en avant, jouant avec ses doigts. Du à sa position, son pantalon slim noir remontait un peu, et Elise put apercevoir ses chaussettes rouges. Elle le nota dans son carnet, rouge. Il portait toujours au moins une touche de rouge sur lui, et elle en ignorait la signification. Elle se nota mentalement de le questionner plus tard sur ceci. Il releva la tête vers elle et lui offrit un léger sourire.
« J'ai commencé à écrire. »
La femme hocha la tête pour l'encourager à continuer. 
« J'écris des chansons, des poèmes. » il marqua une légère pause avant de reprendre. « Ca m'aide à réfléchir je trouve.
-Et tu écris quoi ? »
Le garçon bougea sur son fauteuil pour prendre son sac à dos qui était négligemment posé au sol. Il l'ouvrit et en sortit un petit carnet noir et le tendit à sa psychologue. Cette dernière le prit et l'observa avant de l'ouvrir. C'était un carnet assez simple, noir, la couverture était en cuir, une ficelle était accrochée dessus pour servir de marque page. Elle tira donc dessus pour ouvrir où le jeune homme s'était arrêté. Elle observa la page et découvrit un dessin, fait un feutre noir. Mais elle n'en comprit pas le sens, c'était un homme dessiné, mais au-dessus de lui se tenait une ombre, menaçante, impressionnante. Elle tourna la tête pour regarder l'autre page et lut le texte. Elle l'examina quelques secondes avant de lever la tête pour voir le visage de son patient, qui ne la quittait pas des yeux, attendant son appréciation.
« Est-ce que je peux le prendre en photo ? »
Le garçon fronça légèrement les sourcils avant d'hocher la tête. Mais il n'était pas satisfait, et ça se voyait. Elise le connaissait que trop bien maintenant. Il était comme un enfant, se comportait réellement comme tel. Il s'était un peu plus enfoncé dans le fauteuil, et la regardait avec une moue boudeuse. Il secouait ses jambes qui maintenant ne touchaient plus le sol.
« C'est très bien ce que tu as écrit. Quand l'as-tu fait ? »
Le garçon retrouva son sourire.

« Hum... Il y a trois jours je crois. En rentrant des courses, j'ai eu une soudaine envie d'écrire. J'étais passé à côté d'une forêt, je n'avais pas pris le même chemin que d'habitude et je ne sais pas. J'ai trouvé cet endroit tellement joli que j'ai eu envie d'écrire dessus. Je ne pense pas que ça soit parfait, mais ça m'a fait du bien.
-Et tu continues de jouer du piano ?
-Oui. Tous les jours je m'entraine au moins une heure. » il marque une légère pause en souriant. « J'adore jouer du piano.
-Je sais. Et tu as des projets en ce moment ? »
Le garçon afficha une mine sérieuse, il semblait réfléchir.
« Oui. Je veux me trouver un vrai travail.
-Et tu voudrais quoi ?
- Je ne sais pas trop. Hum... j'aime bien écrire et dessiner. J'aimerai un truc comme ça. »
Elise nota quelques éléments dans son carnet puis releva de nouveau la tête. 
« Tu penses que tu es prêt ?
-Oui. Je pense. Je ne suis pas sûr, mais il faut bien que j'essaye non ? »
La femme hocha la tête.
« Et la musique ? Tu y as pensé ?
-Oui. Mais je ne suis pas doué vous savez. Et il faudrait quelqu'un avec moi.
-Et pourquoi ?
-Je ne sais pas. Je pense qu'à deux au moins ça serait plus sympa. Et vous savez, j'ai l'impression de me reprendre en main. Je sens que je suis plus autonome, pas que je pourrai me passer de vous, rassurez-vous. Nos séances me font beaucoup de bien. Mais je me sens un peu plus responsable. Et j'arrive à gérer un peu mieux maintenant.
-Tu le sens vraiment ?
-Oui. Et vous, vous en pensez quoi ?
-J'ai également l'impression que tu t'es amélioré. Mais je pense aussi que tu devrais te faire des amis. Tu as essayé depuis la dernière fois qu'on en a parlé ? »
Le garçon la regarda intensément, avant de balayer de la main sa question. Il baissa de nouveau la tête et se remit dans la même position qu'avant, penché en avant, les bras sur les jambes. Il recommença à jouer avec ses doigts, les tordant dans tous les sens. Puis il se redressa de nouveau, passant une main dans ses cheveux bruns coupés assez courts, mais avec assez de longueur pour que ses doigts se perdent rapidement dedans.
« Non. » Il soupira. « Pas vraiment vous savez. Les gens me font peur ». Il s'arrêta encore une fois, en continuant de gesticuler. « Je ne les aime pas tant que ça. Ils ne m'attirent pas. » Il semblait chercher ses mots, ses sourcils froncés trahissaient sa concentration « Ils sont méchants.
-Et comment le sais-tu ? 
-Ils me l'ont dit. »
Elise hocha de nouveau la tête en griffonnant encore dans son bloc note. Elle jeta un coup d'½il à sa montre et réalisa qu'une heure s'était déjà écoulée, et malheureusement elle ne pouvait pas continuer à converser avec lui. Un autre patient l'attendait déjà devant la porte, et ne supportait pas qu'elle soit en retard. Mais le garçon avait compris, et avait déjà récupérer son sac qu'il avait nonchalamment jeté sur son épaule, et avançait vers la sortie. Devant la porte il s'arrêta et se retourna de nouveau vers son médecin.
« A la semaine prochaine.
-Oui Tyler. A mercredi prochain. »
Elle le sourit et il quitta la pièce. La femme resta cinq bonnes minutes assise, réfléchissant à son entretien avec le jeune homme. Puis elle reprit ses esprits et alla ouvrir à son patient suivant.
Le jeune homme pénétra dans la pièce, un air énervé sur le visage. Il ne prit pas la main que lui tendait son médecin et alla directement s'asseoir sur le fauteuil de cuir que Tyler utilisait quelques minutes plus tôt.

« Vous avez six minutes de retard. 
-Excuses moi.
-Ce n'est pas grave. La ponctualité n'est pas votre point fort, il faudrait travailler ça. »
Elise s'installa de nouveau dans son fauteuil en cuir en face de celui du jeune homme, et sortit un autre bloc note du tiroir à côté d'elle tout en rangeant celui de Tyler. Elise était une femme très organisée et n'aimait pas que du bazar prenne place dans ses affaires, alors pour chacun de ses patients elle utilisait un carnet différent, et un microphone différent également. Chaque dossier était soigneusement rangés, à chaque début de consultation elle notait en haut à droite de la page la date et l'heure à laquelle son patient arrivait. Elise débuta la séance comme elle l'avait fait avec Tyler, c'est-à-dire en lui demandant comment il se sentait depuis la semaine dernière. Le garçon lui donna la même réponse que le patient précédant tout en lui retournant la question. Il s'était soudainement calmé et avait dû comprendre le retard du médecin à le recevoir. Il était maintenant souriant. Ses lèvres s'étaient étirées en coin et il la regardait d'un air doux. Contrairement à Tyler, ce jeune homme était blond et avait les cheveux un peu plus longs, qui lui tombaient négligemment sur le front. Elise pouvait voir qu'il ne prenait pas forcément le temps de se coiffer. Son visage était très enfantin pour quelqu'un de vingt-trois ans. Mais il avait au moins un point commun avec Tyler, sur le côté physique, c'est qu'ils étaient tous les deux très fins, presque maigres.
« Alors Newt. Racontes-moi ta semaine.
-Oh. Vous savez, rien de bien intéressant. C'est toujours la même chose. Je vais au travail, les clients m'énervent, ils sont insupportables. Puis après je rentre chez moi. Et voilà, je ne fais rien de particulier. Et mon patron m'énerve, c'est un gros con ! C'est incroyable à ce point-là ! Vous ne pouvez pas savoir, c'est ouah ! Et si... j'ai une nouvelle à vous dire. J'ai étais suspendu pendant une semaine de mon travail, je reprends après-demain.
-Et pourquoi ?
-Excès de violence qu'ils ont dit. Rigola le blond.
-Et toi tu en penses quoi ?
-Ouais... peut-être qu'ils avaient raison. Je sais que j'ai des excès de colère. Mais il le méritait vraiment, vous savez ?
-Tu le penses vraiment ? »
Le jeune homme réfléchit un long moment, fronçant les sourcils, soupirant par moment tellement sa réflexion était intense. Il releva plusieurs fois la tête vers son médecin, ouvrait la bouche pour dire quelque chose mais la refermait immédiatement sans prononcer un mot. Il soupira encore une fois.
« Vous avez sûrement raison. Non, je ne le pense pas, je sais que c'est mal ce que j'ai fait. Mais je n'arrive pas à me contrôler vous savez ? Quand quelque chose m'énerve trop je ne peux pas garder mon calme, et je suis obligé de m'énerver, quitte à frapper, vous comprenez ?
-Oui, toute à fait. Et c'est pour ça que tu es là je te rappelle.
-Ouais, je sais. »
Un court silence s'installa entre eux. Elise le regardait pendant que lui examinait la pièce, qu'il connaissait maintenant par c½ur, mais il faisait ceci à chaque consultation. Il regardait dans tous les coins, comme si à chaque fois qu'il quittait cet endroit en revenant il ne s'en souvenait plus. Pourtant ça faisait maintenant trois mois qu'il venait tous les mercredis à quinze heures précises, juste après la consultation de Tyler.
« J'ai été convoqué par l'assemblée de mon travail, vous savez, pour une sorte de conseil de discipline, comme on avait au collège. Et ils m'ont envoyé voir un médecin, c'était d'un ennui mortel, je ne vous en parle même pas. Bref, et ce mec m'a prescrit des calmants, mais violents ces trucs. Quand j'en prenais j'avais l'impression de planer, d'être complètement stone. Alors j'ai arrêté.
-Tu te sentais plus en contrôle de toi-même en les prenant ?
-Mouais. Je ne pense pas. Comme je vous ai dit j'avais l'impression de complètement planer. Et je ne sais pas, j'avais l'impression d'avoir des hallucinations, vous voyez ? Du coup j'ai préféré arrêté.
-Et depuis tu as eu de nouveau des excès de colère ?
-Non, pas comme celui de la semaine dernière. Enfin des fois je me suis énervé, mais pas non plus au point d'aller frapper quelqu'un.
-Et pour toi la violence c'est quoi ? Qu'est-ce que ça t'apportes ? »
Newt réfléchit une nouvelle fois longuement, tentant de trouver comment répondre à cette question. Il gesticulait sur sa chaise, tellement concentré dans sa réflexion. Elise décida de lui laisser autant de temps que nécessaire, mais par moment elle jetait des coups d'½il à sa montre, elle devait partir dans environ dix minutes, sa fille l'attendait à la garderie et elle devait s'y rendre à seize heures et quart. Le jeune homme se redressa sur le fauteuil et la regarda dans les yeux.
« Je ne sais pas. C'est compliqué vous savez ?
-Je comprends. »
Le blond se leva, récupéra son sac qu'il avait soigneusement déposé à ses pieds en entrant et se dirigea vers la porte.
« Bon. Merci, à la semaine prochaine. Essayez de me prendre à l'heure cette fois-ci. »
Et il quitta le cabinet, laissant perplexe Elise qui regardait encore la porte par laquelle il était sorti. Elle avait énormément de mal à cerner ce patient-là, il pouvait être très gentil puis tout d'un coup s'énerver. A vrai dire, elle le savait, c'était pour cela qu'il venait la voir, à cause de sa colère qu'il n'arrivait pas à maitriser et donc qui se transformait donc régulièrement en violence, que ce soit par la parole ou par les coups.
Le mercredi était sa journée la plus éprouvante parce qu'elle avait rendez-vous avec ses deux patients les plus compliqués : Tyler et Newt. Elle connaissait leur dossier par c½ur et aurait pu le réciter même en dormant, mais elle avait tout de même des difficultés avec ces deux garçons. Ils étaient des cas spéciaux et ceci lui demandait beaucoup d'énergie de les recevoir le même jour. Elle resta assise encore une ou deux minutes avant de se lever et de se rendre à la garderie qui était à deux pattés de maison de son cabinet.

Tags : Chapitre I - Bonjour docteur

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.103.13) if someone makes a complaint.

Report abuse