Chapitre II - L'être mutilé

 
'La violence sucrée de l'imaginaire console tant bien que mal
de la violence amère du réel."
Rolan Topor

 

Je tiens à vous prévenir que durant ce chapitre seront décrites explicitement des scènes de violence.
Bonne lecture, et je m'excuse pour la gêne occasionnée par rapport aux scènes explicites.
 

 

Newt marchait sans réfléchir jusqu'à chez lui, il ressemblait à une machine, comme la majorité de la population, qui rentrait le plus rapidement possible à la sortie du travail ou de l'école afin de retrouver le confort de son domicile. Mais, ce n'était pas le cas de Newt, il tentait tant bien que mal de repousser ce moment qui allait arriver, échafaudant dans son esprit des plans lui permettant d'échapper à son géniteur, mais il savait pertinemment que c'était impossible. Il l'attendrait, et s'il ne rentrait pas, il irait le chercher, et ça serait encore pire, la colère ayant brouillé encore plus ses fonctions mentales. Le jeune lycéen continuait sa route, fumant une cigarette avant d'arriver chez lui, il écrasa le mégot sous sa chaussure avant d'entrer dans son appartement. Il montait les marches, une à une, le plus lentement possible. L'immeuble dans lequel il habitait sur trouvait à environ trente minutes à pieds de son lycée, l'extérieur faisait peur à voir. Le bâtiment était délabré, des fissures longeaient les murs, à l'intérieur comme à l'extérieur. La peinture de la cage d'escalier était délavé, autrefois ce devait être un joli blanc éclatant, mais aujourd'hui, les murs étaient recouverts de moisissures, de tâches noires, et ils avaient jaunis. Dans ce hall régnait une puanteur, dû aux poubelles que les locataires déposaient devant leur porte, à la moisissure à cause de la tuyauterie, qui n'était plus toute jeune, et sûrement plus dans les règles. Son appartement n'était pas mieux, à l'intérieur régnait une atmosphère étouffante, les murs gris foncés donnant l'impression que l'espace était restreint, ce qui était bien évidemment le cas, mais ces couleurs rendaient l'appartement encore plus petit. Les meubles étaient abîmés, et pour certains placards il manquait les portes. Il y avait la même odeur que dans la cage d'escalier, mais ici elle se mêlait avec l'odeur des cigarettes que Jason, le père de Newt, fumait à longueur de journée sans ouvrir la fenêtre. Leur appartement se composait de deux chambres, d'une salle de bain, et d'une cuisine salle à manger en une seule pièce. Au milieu de la salle à manger se trouvait un canapé, en face d'une table basse en bois, abîmée au niveau des coins. Dessus trônaient de nombreux bouteilles de bières vides, deux cendriers remplis à ras-bord. Jason était affalé sur le canapé lorsque son fils passa la porte d'entrée, lentement, très lentement, faisant le moins de bruit possible, espérant que cette espèce d'être humain qui reposait sur le canapé soit endormi. Mais, malheureusement, ce n'était pas le cas, ce que Newt remarqua bien trop rapidement à son goût lorsque le corps visqueux et gras de son père se tourna dans sa direction, l'adolescent arrêta tout mouvement, dans une veine tentative de ne pas être vu. Son père, qui auparavant était un jeune homme de quarante ans, rigoureux, beau, enjoué, était maintenant gros, gras, il avait perdu la majeure partie des cheveux qui autrefois séjournaient sur sa tête, il avait une barbe de plusieurs jours qui lui bouffait le bas de son visage, ses sourcils étaient froncés, et dans ses yeux, ou quand Newt était encore un enfant on pouvait voir de l'espièglerie, de l'humour, de la joie, brillaient maintenant d'une sombre colère. 
-Tu es en retard. grogna la loque sur le canapé.
Le blond regarda sa montre, il avait raison, il était en retard de cinq minutes tellement il avait mis longtemps à rentrer, ne voulant pas encore subir les envies de son père.
-Bon, tu vas bouger, et plus vite que ça p'tite merde ! Nettoies la table !
Newt ne prit pas le temps de réfléchir, et laissa tomber son sac de son épaule en plein milieu du couloir avant de s'exécuter le plus rapidement et le plus efficacement possible. Il ramassa les cendriers et les vida dans un nouveau sac poubelle qu'il venait de sortir, jeta tous les cadavres de bouteilles de bières, avant de passer un coup d'éponge sur la table. Il s'apprêtait à partir s'enfermer dans sa chambre avant que son père soit pris d'une de ses envies de violence qui le caractérisait très bien. Mais il fut retenu par l'autre homme, qui lui indiqua qu'il restait des traces sur la table, avec tout l'amour dont il était capable pour son fils, ce qui voulait dire, absolument aucun. Il l'insulta encore, lui disant qu'il ne pouvait rien faire correctement, qu'il était bon à rien, qu'il ne servait à rien. Et soudain, il s'énerva. Se levant, il partit dans la cuisine pour aller chercher les bouteilles de bières vides que Newt avait jeté quelques minutes plus tôt, avant de les prendre une par une et de les jeter sur son fils, un sourire malsain éclairait son visage. Newt esquiva la première bouteille, ce qui mit encore plus en rogne son géniteur, qui tirait maintenant avec plus de force et de vigueur. L'adolescent se laissa donc faire, se recroquevillant sur lui-même afin de recevoir le moins de bouts de verres sur le visage, ça serait beaucoup plus difficile à cacher au lycée. Une fois que toutes les bouteilles de bières furent lancées, Jason enleva la ceinture qui tenait son pantalon, et fouetta son fils, en continuant de l'insulter. Toujours les mêmes insultes, "inutile", "connard", "gros con", "bouffon", et pleins d'autres encore. Par moment, quand Jason se laissait vraiment aller, il lui disait même qu'il n'avait jamais voulu de lui, et qu'il serait bien content de se débarrasser de lui. Newt s'était habitué, mais les coups et les mots faisaient toujours aussi mal, il pleurait silencieusement, attendant que son père termine son manège. Son père ? Il ne savait même plus s'il pouvait encore l'appeler ainsi, cet homme qui le maltraitait n'avait rien de son père, à part son nom, il avait tellement changer, mentalement et physiquement depuis la mort de sa femme, que si quelqu'un qui le connaissait avant le croisait aujourd'hui, il ne le reconnaitrait absolument pas.
Une fois que Jason eut terminé de battre son fils, il se réinstalla dans le canapé, comme si de rien n'était, et alluma la petite télévision qui trônait sur un tabouret derrière la table basse. Il ordonna à Newt d'aller lui chercher d'autres bières, et de lui ramener les cendriers. Quand l'adolescent déposa le tout sur la table, son père, pour le remercier, lui envoya un poing au visage, avant de rigoler et de se concentrer de nouveau sur la télévision. Newt alla récupérer son sac à dos dans l'entrée avant d'aller s'enfermer dans sa chambre. Il s'assit sur son lit douloureusement, son dos lui faisant atrocement mal, tout comme son torse. Il sentait le sang couler de sa lèvre inférieure et des plaies que son père avait rouvertes. Comme à son habitude, il soigna et pensa ses plaies, puis s'alluma une cigarette, puis une deuxième, et une troisième, avant de s'allonger sur son lit et de pleurer. Son corps était secoué par ses sanglots, il finit par s'endormir sur ce lit miteux, les larmes coulant toujours sur ses joues, son dos et son torse le tiraillant, sa lèvre inférieure le piquant douloureusement. Il ne mangerait pas ce soir, comme à son habitude, de toute manière, son père lui coupait l'appétit. Il ne mangeait qu'une seule fois par jour, c'était au self du lycée, bien que la nourriture ne soit pas délicieuse, il se jetait toujours dessus, et la dévorait jusqu'à la dernière miette.
Newt se réveilla en plein milieu de la nuit, ses plaies dans le dos s'étant complétements rouvertes à cause de sa position, il prit donc le temps de les désinfecter, en grimaçant légèrement, et de les bander de nouveaux. Une fois ceci fait, il tenta de se rendormir, mais il n'arrivait pas à fermer l'½il, de peur que son père l'ait entendu et qu'il vienne le voir. Il resta donc pendant un long moment immobile dans son lit, les yeux grand ouverts, attendant. En attendant quoi ? Il ne le savait pas lui-même, il voulait juste vérifier que son père ne viendrait pas. Ca devait bien faire une heure et demi qu'il était dans son lit, n'ayant pas bougé d'un pouce. Il décida finalement que la voie était libre, et sortit sa lampe de poche de sa table de nuit, il ressortit son livre de Stephen King, puis se glissa sous sa couverture pour camoufler la lumière. Il lut donc jusqu'au lever du jour.
Il fit donc comme tous les matins, c'est à dire le moins de bruit possible, prendre une douche le plus rapidement possible, refaire ses bandages, puis récupérer ses affaires avant de quitter l'appartement. Mais ce matin, dû au fait qu'il n'avait presque pas dormi de la nuit, sa tête faisait encore plus peur à voir que d'habitude. Sa peau rongeait ses os, mais aujourd'hui, des cernes avaient élu domicile sous ses yeux, formant deux grandes poches bleutées, sa lèvre inférieure était toujours enflée, et on pouvait voir une croute se former à l'endroit du choc. Il avait également une griffure qui parcourait sa joue gauche. Il ferait avec, il pourrait prétexter n'importe quoi, et puis de toute façon personne ne lui demanderai.
Il marchait lentement jusqu'au lycée, de toute façon il était en avance, comme tous les jours. Il portait un long pull gris foncé, les manches lui recouvrant les mains, entaillées par les éclats des bouteilles de bières, un de ses éternels jeans noirs, et ses Doc Martens noires. Par dessus son pull, il portait une veste en daim marron, au niveau du col se trouvait de la moumoute marron clair, beige.
Ce matin là, Thomas s'était levé plus tôt que d'habitude, s'était donc préparé tranquillement avant de se rendre au lycée, il savait qu'il y serait avant l'ouverture et qu'il devrait donc attendre devant le portail, au moins il pourra prendre le temps de relire ses cours d'anglais, il avait une évaluation plus tard dans la journée. En arrivant devant l'établissement, il s'assit sur le muret à côté du portail, et il cherchait la motivation de réviser ses leçons de langues, c'était très différent pour Thomas le fait d'avoir l'idée et de la réaliser, surtout lorsqu'il s'agissait des cours. L'adolescent soupira donc avant de commencer à jouer avec ses mains. Il releva la tête seulement lorsqu'il entendit quelqu'un s'approcher. Il reconnu immédiatement Newt, qui s'asseyait à une dizaine de centimètres de lui. Le muret n'était pas très long, et très prisé par les étudiants arrivant avant l'ouverture du portail. Il n'y avait donc généralement pas beaucoup de place, heureusement que Newt était fin, il pouvait donc se faufiler et trouver une petite place, bien qu'il n'aime pas particulièrement être collé aux autres, le matin, il y faisait abstraction, plongé dans son monde, son livre à la main, et ses écouteurs bien enfoncés dans ses oreilles.
Thomas ne pouvait plus décoller son regard du blond assis à ses côtés, bien que ce dernier ne le calculait pas le moins du monde. Le brun se sentit aussi important qu'une fourmi à ce moment précis. Le blond ne lui lança même pas un regard, mais Thomas prenait le temps de le détaillé, il remarqua ses entailles sur la joue et la lèvre, et des questions fusèrent immédiatement dans son crâne. Newt sortit la tête de son livre pour s'allumer une cigarette et croisa le regard de Thomas, avant de détourner les yeux. Mais le blond se sentait horriblement épié, il sentait le regard insistant de son voisin sur lui, ce qui commençait sérieusement à l'énerver. Il releva encore une fois la tête et croisa de nouveau le regard chocolat de Thomas, qui rougit comme un enfant qu'on venait de prendre sur le fait, mais il ne pouvait pas se détourner du blond, ses yeux l'envoutaient. Le blond fronça les sourcils, décidant d'ignorer cet être gênant, mais il se sentait mal, regardé, violé dans son intimité. Il gesticula donc légèrement, comme pour faire sortir sa gène, mais ça ne marchait pas. Il enleva donc ses écouteurs, tira une nouvelle bouffé sur sa cigarette puis se tourna vers Thomas.
-T'as un problème ? son ton était glacial, méfiant, distant.
Thomas se raidit, se rendant enfin compte qu'il gênait le blond.
-Je suis désolé. Je ne voulais pas te déranger.
-Eh bah c'est raté. T'arrêtes, maintenant.
Newt accentua sa phrase avec son regard, qui était tout aussi froid que le ton qu'il employait. Thomas baissa la tête et la hocha légèrement, se sentant horriblement mal et rejeté. Il ne pensait pas mal faire, mais le fait que Newt soit blessé l'inquiétait énormément, il ne savait pas comment faire taire cette petite voix dans sa tête qui disait que quelque chose de grave lui était arrivé. Il ne put se retenir de relever encore une fois les yeux vers lui. Newt, qui avait remarqué, serra la mâchoire, avant de souffler afin de se calmer. Il se leva et s'éloigna de Thomas en lui lançant un regard noir, pour lui faire comprendre qu'il le faisait mais complètement chier.
Minho arriva à ce moment là, et vit l'échange entre ses deux amis. Il s'approcha donc de Thomas, avec son air interrogateur. Le brun soupira en le voyant.
-Qu'est-ce qu'il s'est passé ? questionna l'asiatique.
-Pffff... à ton avis ? J'ai merdé, c'est tout.
-Comment ça ?
Thomas lui raconta donc ce qui venait de se passer entre lui et le blond. Minho fronçait les sourcils pendant le récit de son ami, écoutant attentivement, afin de l'aider. Mais c'est vrai que là, Thomas ne s'était pas fait une bonne image au près de Newt.
-Je ne sais pas trop quoi te dire là. A part, laisses le tranquille pour au moins quelques années, le temps qu'il s'en remette.
Thomas lui fit des yeux ronds, sous le choc.
-Bon, ok, j'exagère peut-être un peu. Mais, j'te l'ai dit hier. Newt est compliqué. Je pense que t'as remarqué qu'il n'était pas trop à faire copain copain avec les gens, encore moins avec ceux qui le regardent intensément comme tu viens de le faire apparemment. 
-Mais il m'inquiète !
-Si tu veux en savoir plus sur lui, c'est pas en le regardant comme ça, Minho fit donc une imitation exagérée de son ami regardant le blond, que tu vas y arriver.
-Mais pourquoi il était blessé ? Hier il n'avait pas ça sur le visage.
-T'es trop mignon quand tu t'inquiètes mon p'tit Tommy. 
-Non mais sérieux Min' ! soupira le brun.
-J'en sais rien. J'te l'ai dit, je ne le connais pas, ou presque pas. Il ne me dit rien sur lui.
-Il doit avoir quelque chose à cacher.
-Thomas le super détective en action ! Attention mesdames et messieurs !
-J't'ai d'mandé d'être sérieux Min', t'abuses grave !
-J'le sais déjà ça, il cache quelque chose. Mais qu'est-ce-que tu veux que j'te dise ? Il ne dit rien !
-Il doit bien y avoir un moyen de l'aider non ?
-Sors toi tout de suite les petites idées que t'as dans ta petite tête ! Illico ! Laisses le tranquille, c'est un conseil d'ami. Tu peux essayer de te rapprocher de lui, mais n'essaye pas d'en savoir plus que ce qu'il te dit. Ecoutes moi bien Thomas !
Le brun hocha la tête, sans vraiment entendre ce que lui disait son ami, trop concentré à réfléchir pour trouver un moyen de savoir ce que cachait Newt.
-J'rigole pas Tom ! Sérieux, tu fais rien de stupide que tu puisses regretter après ! 
-Ouais Min', t'inquiète.
-Justement.
L'asiatique leva les yeux au ciel, il savait que Thomas n'allait pas l'écouter, et qu'il allait merder avec Newt. Mais bon, que pouvait-il faire ? Absolument rien, à part le mettre en garde, et pis si son ami ne voulait pas l'écouter tant pis pour lui, bien que ça le gênait également, il ne voulait pas que le brun, ni le blond souffre. Minho avait bien compris que si Newt ne disait rien sur lui, c'était très certainement pour se protéger, et que si quelqu'un tentait de briser ce mur de faux semblants que le blond s'était construit, il le payerait sûrement très cher. C'était même une évidence, pourquoi Newt laisserait-il quelqu'un entrer dans son monde de force ?
L'asiatique décida donc de changer de sujet, jusqu'au moment où le portail s'ouvrit enfin, leur permettant d'entrer pour aller en cours. Tout au long de la journée il tenta de faire oublier à Thomas son plan, en lui proposant d'aller chez lui pour qu'ils jouent à la console, qu'ils aillent boire un coup quelque part, ou autre. Mais Thomas refusait à chacune de ses propositions. Toute la journée il était ailleurs, ne pensant qu'à une seule chose, ou pour être honnête, une seule personne.
L'heure du repas sonna enfin, Thomas était content, il était affamé, tout comme Minho, ils marchèrent donc d'un pas rapide et enjoué en direction du réfectoire, afin d'engloutir le déjeuné. Mais sur la route, ils s'arrêtèrent, intéressé par une dispute entre des étudiants. Mais en s'approchant, ils réalisèrent que ce n'était pas une dispute, mais plutôt une scène d'harcèlement. Des élèves s'en prenaient à un autre, que les deux spectateurs ne pouvaient pas reconnaître à cause des personnes devant eux. Ils entendaient les harceleurs rigoler et se moquer de la victime, l'insultant de squelette, de zombi, lui disant qu'il n'avait pas sa place ici, qu'il était trop bizarre et qu'il devait se faire enfermé. Ce qui sidérait le plus Minho et Thomas était le fait que les spectateurs ne prenaient pas la défense de l'étudiant, au contraire, ils rigolaient franchement. Les deux amis donnèrent donc des coups d'épaules pour s'approcher et tenter de faire quelque chose. L'asiatique, ayant pu voir avant Thomas qui était harcelé s'arrêta, sous le choc, tandis que le brun continuait de jouer des coudes pour s'approcher, quand il arriva assez prêt, il reconnu immédiatement Newt, qui tentait de ne pas faire attention aux insultes en tentant de continuer son chemin, mais il était bloqué par les spectateurs qui le repoussait. Le sang de Thomas ne fit qu'un tour dans ses veines, avant que celui-ci ne s'énerve et commence à s'en prendre aux harceleurs. 

 


 

 

Tags : Chapitre II - L'être mutilé

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.196.47.145) if someone makes a complaint.

Comments :

  • miroir-des-sentiments

    25/03/2018

    merci beaucoup d'être venu ces vraiment adorable de ta part à bientôt bisous

  • Newt221

    09/03/2018

    guilbyyy wrote: "C EST LE MEC QUI JOUE JEJEN DANS GAME OF THRONES"

    Ha ! Ha ! Et oui c’est bien le même acteur 😂

  • guilbyyy

    09/03/2018

    C EST LE MEC QUI JOUE JEJEN DANS GAME OF THRONES

Report abuse